Le Déluge : légende ou réalité

par Arcana  -  17 Août 2016, 09:30  -  #enigme

Immigration immense, catastrophe universelle, fin du monde, le Déluge s'apparente à la tradition par son aspect de noyade, traduction intentionnelle des effets dévastateurs du mécanisme péché-punition mis en place par la volonté divine.

Le Déluge : légende ou réalité

Tout de même, l'ambivalence rassurante du Déluge, dont les deux-temps sont destruction et régénération, l'éloignant du mécanisme sans appel de la punition pour le péché collectif commis. Universellement rencontrés, les mythes (locaux) du Déluge sont nombreux. Il s'agit toujours de la destruction du monde et de l'anéantissement de sa population, à l'exception d'un couple ou de quelques survivants. L'immersion de la Terre entière suivie par le retrait des eaux, une fois passée la noyade purificatrice, équivaut à une reprise de l'existence du monde...une régénération de l'humanité. Le Déluge, c'est d'abord une grande aventure nautique, celle de Noé, relatée par la Bible (Genèse). Certes, mais trois siècles avant notre ère, le grand prêtre babylonien Berose, dans un ouvrage à caractère historique, évoqua lui aussi le Déluge qu'il situa sous le règne de Xisutros le dixième roi de Babylone. Un déluge qui présente beaucoup d'analogie avec celui de Noé et ne fut guère le seul décrit par la littérature babylonienne. Dans les ruines de la bibliothèque du roi assyrien Assourbanipal à Ninive, on découvrit le texte de la fameuse épopée de Gilgamesh gravé sur une tablette. Dans le onzième et avant-dernier chant du poème, consacré au dieu Ramman qui avait déclenché une terrible pluie, il est question d'un Noé local appelé Um-Napisthim.

Un déluge universel

Mais il n'y eut pas que le Moyen-Orient à connaître le Déluge. Même les Mongols, peuple continental s'il en est, ont leur légende d'une énorme inondation qui aurait tout noyé. L’Amérique précolombienne a eu elle aussi des déluges illustrés par des sauveurs et des rescapés mythiques. Même chez les aborigènes d'Australie et en Polynésie, et plus rarement en Afrique Noire, des légendes et des traditions locales évoquent des déluges. En tout cela beaucoup d'histoires, mais trop peu de géographie. Le caractère catastrophique prêté par les anciennes traditions au Déluge nourrit une liaison occulte mais logique avec le sort d'un royaume mythique décrit dans les récits platoniciens. Une liaison qui à son tour suscita les interrogations de tous ceux qui se sont intéressés au continent perdu, en analysant la façon dont les traces géophysiques du Déluge, qui fut certainement universel, témoignent à leur tour en faveur de l'existence passée de l'Atlantide...

Le Déluge : légende ou réalité