Mythologie Aztèque : le vol du feu

par Arcana  -  22 Juin 2016, 09:30  -  #mythologie

Il y a bien longtemps, on ne connaissait pas le feu, et les hommes devaient manger tous leurs aliments crus. Les Tabaosimoa, les Anciens, se réunirent et discutèrent sur la façon d'obtenir quelque chose qui leur procurerait de la chaleur et leur permettrait de cuire leurs aliments. Ils jeûnaient et discutaient... et voyaient passer au-dessus de leurs têtes une boule de feu qui plongeait dans la mer mais qu'ils ne pouvaient atteindre.

Alors, fatigués, les Anciens réunirent des personnes et des animaux pour leur demander si l'un d'entre eux pouvait leur apporter le feu. Un homme proposa de ramener un rayon de soleil à condition qu'ils soient cinq pour aller à l'endroit d'où sort le soleil. Les Tabaosimoa approuvèrent la proposition et demandèrent que les cinq hommes se dirigent vers l'orient tandis qu'eux, pleins d'espoir, continueraient à prier et à jeûner.








Les cinq partirent et arrivèrent sur la montagne où naissait le feu. Ils attendirent le lever du jour et se rendirent compte que le feu naissait sur une autre montagne, plus éloignée. Ils reprirent donc leur chemin. Arrivés sur la montagne, au nouveau lever du jour, ils virent le feu naître sur une troisième montagne encore plus éloignée. Ils le poursuivirent ainsi jusqu'à la quatrième puis la cinquième montagne où, découragés, ils décidèrent de rentrer, tristes et fatigués. Ils racontèrent cela aux Anciens qui pensaient bien que jamais ils ne pourraient atteindre le soleil. Les Tabaosimoa les remercièrent et se remirent à réfléchir sur ce qu'ils pourraient faire.

C'est alors qu'apparut Yaushu, un Tlacuache savant, et il leur relata un voyage qu'il avait fait vers l'orient. Il avait aperçu une lumière lointaine et il voulut vérifier ce que c'était. Il se mit à marcher durant des nuits et des jours, dormant et mangeant à peine. Le soir du cinquième jour il put voir que dans l'antre d'une grotte brûlait un feu de bois d'où s'élevaient de grandes flammes et un tourbillon d'étincelles. Assis sur un banc un vieil homme regardait le feu. Il était grand et portait un pagne de fourrure, les cheveux blancs et les yeux effroyablement brillants. De temps en temps il alimentait cette "roue" de lumière avec des bûches. Le Tlacuache raconta comment il resta caché derrière un arbre et que, effrayé, il rebroussa chemin avec précaution. Il se rendait compte qu'il s'agissait de quelque chose de chaud et de dangereux.








Quand il eût fini son récit, les Tabaosimoa demandèrent à Yaushu s'il pouvait y retourner et leur en ramener un brin. Le Tlacuache accepta, mais les Anciens et leur peuple devaient jeûner et prier les dieux en leur faisant des offrandes. Ils y consentirent mais le menacèrent de mort si celui-ci les trompaient. Yaushu sourit sans dire un mot. Les Tabaosimoa jeûnèrent durant cinq jours et remplirent cinq sacs de pinole qu'ils donnèrent au Tlacuache. Yaushu leur annonça qu'il serait de retour dans cinq autres jours; ils devaient l'attendre éveillés jusqu'à minuit et s'il mourait, il leur recommanda de ne pas se lamenter pour lui.

Portant son pinole, il arriva à l'endroit où le vieil homme contemplait le feu. Yaushu le salua et ce fut seulement à la deuxième fois qu'il obtint une réponse. Le vieil homme lui demanda ce qu'il faisait si tard dans ce lieu. Yaushu répondit qu'il était l'émissaire de Tabaosimoa et qu'il cherchait l'eau sacrée pour eux. Il était très fatigué et demandait s'il pouvait dormir là avant de reprendre son chemin le lendemain. Il dut le prier beaucoup mais à la fin le vieil homme lui permit de rester à condition qu'il ne touche à rien. Yaushu s'assit près du feu et invita le vieil homme à partager son pinole. Celui-ci en versa un peu sur le bûcher, en jeta quelques gouttes par dessus son épaule, puis il but le reste. Le vieil homme le remercia puis s'endormit.








Alors que Yaushu l'entendait ronflait, il pensait à la façon de voler le feu. Il se leva rapidement, prit une braise avec sa queue et s'éloigna. Il avait fait un bon bout de chemin quand il sentit qu'une bourrasque venait sur lui et il vit, face à lui, le vieil homme en colère. Il le gronda pour avoir toucher et voler une chose qui ne lui appartenait pas; il le tuerait. Immédiatement il saisit Yaushu pour lui enlever le tison mais bien que celui-ci le brûlait il ne le lâcha pas. Le vieil homme le piétina, lui broya les os, le secoua et le balança. Certain de l'avoir tué, il s'en retourna surveiller le feu. Yaushu roula, roula, roula... enveloppé de sang et de feu; il arriva ainsi devant les Tabaosimoa qui étaient en train de prier. Moribond il leur livra le tison. Les Anciens allumèrent des bûchers. Le Tlacuache fut nommé "héros Yaushu". On le voit encore aujourd'hui marcher péniblement sur les chemins avec sa queue pelée.

Mythologie Aztèque : le vol du feu