Légende : L'île d'Avalon

par Arcana  -  2 Juillet 2014, 10:03  -  #mythologie

L'île d'Avalon ou d'Avallon est, dans la littérature arthurienne, le lieu où est emmené le roi Arthur après sa dernière bataille à Camlann. C'est aussi, selon certaines sources, l'endroit où fut forgée l'épée d'Arthur, Excalibur. C'est enfin l'île où vivait supposément la fée Morgane. Ce site légendaire a donné lieu à toute sortes d'interprétations en littérature et dans le folklore. Avalon (en gaulois « la pommeraie ») est, dans la Légende arthurienne, une île mythologique. La fée Morgane en est la reine. Ile sacrée sur laquelle vivent les prêtresses de Ceridwen. On ne peut s'y rendre qu'après avoir été initié à certains secrets : il faut, entre autres, savoir appeler la barque, mais également savoir s'y rendre à pied, au travers de marais labyrinthiques. Le commun des mortels voit, en lieu et place d'Avalon, "l'Ile aux Moines", abritant un monastère et servant de lieu de retraite.

Légende : L'île d'Avalon

L'île magique est entourée de brumes et en son centre se dresse une haute montagne. A son sommet, un cercle de pierre se dresse vers le ciel, prêt à recevoir les offrandes et catalyser les incantations. C’est un lieu de toute beauté, de Paix et de quiétude absolue. C’est là entre autre que l’on peux trouver Morgane, Viviane, Merlin ainsi que leur fidèles et loyaux Acolytes, ainsi que prêtresse de la Déesse et les druides … C’est ici que Morgane soigna sont frère le Haut Roi Arthur grièvement blessé… où se dernier finit par y être enterré …C’est aussi en Avalon que réside l’esprit magique de la Dame du Lac (dont la lignée s’arrêta à Morgane, dite la « la Fée » qui succédât à Viviane), qui personnifie l’idéal de la Sagesse de la Connaissance, elle était ce que les chevaliers et les hommes alors vénéraient le plus : L’incarnation de la Vertu et de l’Honneur, de la Fidélité et de la Fraternité.

Légende : L'île d'Avalon

Interprétation mythologique:

L'île d'Avalon peut donner lieu à diverses interprétations mythologiques qu'il faut néanmoins prendre avec précaution. Si l'on se réfère à la tradition mythologique celte et plus largement, indo-européenne, l'île d'Avalon fait figure d'une sorte de pays des morts, comme les Champs Élysées, ou à tout le moins d'un Autre Monde. Le séjour d'Arthur en son sein n'est en effet pas définitif, le monde attendant le retour du roi qui doit intervenir tôt ou tard. Elle n'a donc pas nécessairement d'emplacement correspondant au monde réel, encore que son entrée puisse se situer à un endroit connu. De fait, Arthur y est conduit sur une barque par trois sœurs, et la référence aux pommes (aval dans les langues celtiques) dans le nom d'Avalon rappelle sa dimension d'immortalité, qui n'est une vie éternelle que par défaut : les blessures d'Arthur ne s'y soignent pas. Latradition mythologique grecque donne des éléments parallèles avec la barque de Charon et les pommes d'or du jardin des Hespérides, qui se trouvent également au bout du monde dans un jardin, c'est-à-dire un lieu clos. Dans les légendes irlandaises, Avalon est appelée Emain Ablach.

Légende : L'île d'Avalon

Avalon (« la pommeraie » en gaulois) est une île au sens celte du terme : un endroit isolé, coupé de l’espace et du temps et séparé du reste du monde. Sa reine la Fée Morgane y demeure, accompagnée de ses huit soeurs les prêtresses de Ceridwen. Seuls les initiés savent appeler la barque qui y mène et retrouver le chemin à pieds, au travers d’un labyrinthe marécageux. Ces épreuves confèrent à l’endroit un caractère mystique inaccessible et hautement féerique. L’île mythique fait figure d’un autre monde_ pour certains un au-delà_ dont l’entrée pourrait bien se situer dans notre monde. Elle donne en outre des indications précieuses sur l’évolution des croyances celtiques, à travers l’Histoire et ses rebondissements. De fait, les descriptions d’Avalon sont fonction de l’influence plus ou moins grandissante du Christianisme sur les traditions celtiques. Avant que les chevaliers de la Table Ronde ne retrouvent le Graal, Avalon est l’île sacrée celtique par excellence. Puis au fur et à mesure que l’on progresse dans le temps, elle perd étrangement de son aura pour finalement prendre place durant la Renaissance, sur une des premières cartes de l’Amérique (à l’emplacement de Terre-Neuve). Comment expliquer que l’île mythique de la légende arthurienne aie autant perdu de son aspect magique ?

Légende : L'île d'Avalon

En dépit de cette dévalorisation, il n’a jamais été question de disparition car Avalon demeure une légende symbolique de la tradition celtique. Les récits de l’île se greffent simplement à un fond christiannisé. Beaucoup la considère comme le "dernier refuge de la tradition celtique", pareille à l’Irlande préservée pendant des siècles grâce à son insularité. Toutefois, la comparaison s’arrête là. On situe aujourd’hui l’emplacement d’Avalon à Glastonbury, dans le comté de Sommerset, au Sud de l’Angleterre. Des vestiges de villages lacustres y témoignent du passé insulaire de la ville et donnent du crédit à cette hypothèse. Il convient cependant de ne pas négliger que Glastonbury fut l’un des premiers établissements chrétiens d’Angleterre. Il n’est pas impossible que l’Eglise soucieuse de conquérir les âmes des fougueux Celtes, se soit approprié la légende arthurienne de manière à ce que l’acculturation s’effectue au mieux.

LA FIN DU DRUIDISME ET LA DISPARITION D’ARTHUR

Comme Arthur, la tradition celtique est gravement blessée. Et tout comme son roi, elle souffre de sombrer dans l’oubli. Le parallèle est saisissant. En Bretagne conquise par les Romains, les druides ont disparu de la postérité alors que la Christianisation précoce est définitive. Le clergé ne fait pourtant pas disparaître les bardes, personnages folkloriques et la langue indigène subsiste tout comme les petits royaumes celtiques. En revanche, en Bretagne armoricaine, la mythologie celtique ne survit qu’à l’état résiduel au sein d’un pays largement christianisé depuis longtemps. Quant à l’Irlande, elle ne connaît le Christianisme que très tardivement, vers le milieu du Vème siècle. Le pays est converti en une seule fois en 432, lorsque le roi Loegaire, ses filles, ses guerriers et ses druides sont approchés par Saint Patrick, à la cour de Tara. Quelques années plus tard, l’Irlande était chrétienne, sans heurts et sans martyrs. Patrick revoit la législation irlandaise pour la mettre en conformité avec la parole évangélique. Elle est alors mi-Chrétienne, mi-celtique il faudra trois siècles à Rome pour la remettre au pas.

La symbolique Avalon est encore aujourd’hui une source d’inspiration pour les cinéastes et romanciers. Elle est l’âme des légendes arthuriennes parce qu’aussi le sanctuaire de la convalescence du roi. Cette île mythique résiste à l’érosion en emportant dans son sein, une figure légendaire de la mythologie celtique et son accès inconnu des novices l’isole de la corruption des hommes.

Légende : L'île d'AvalonLégende : L'île d'Avalon

Le paysage:

Avalon est située dans un climat tempéré idéalisé, on dit qu'il y fait toujours beau, je dirais plutôt que quelque soit le temps, il est beau : les chaudes journée d'été sont rafraîchies par une brise marine aux odeures de grand large, les pluies y sont douces et agréables, les tempêtes qui déchaînent les flots sont tout simplement magnifique ; bien entendue les brumes qui couvrent toute l'île à l'aube et qui se dissipent vers le lac dans la matinée y sont rassurantes, elles vous envelopent et semble vous protéger du monde...Il a pu vous sembler étrange que je parle indifférement de lac et de mer pour décrir l'étendue d'eau qui entour Avalon... Rappellez vous qu'Avalon a un lien puissant avec Gaia et le songe, en aucun cas elle ne peut rester immobile et inchangée, ainsi la mer qui l'entour ressemble tantôt à un lac brumeux dont on croit deviner les berges, et parfois elle se change formant vagues et écume, donnant un goût salé à l'air qu'elle caresse. Les terres de l'îles restent sensiblement inchangées, peut être une réminiscence du lien qu'elle entretenait avec l'élysée... Son contour est toujours une sorte de mélange entre les divers îles qui ont symbolisé Avalon au cours des âges avant l'éclatement... Avalon est un plateau rocheux situé trente mètres au dessus de la mer, incliné en pente douce vers le sud est, la légende veut que le poid de la petite montagne située au nord est de l'île a fait penché le plateau au début de son existance...La surface de l'île est couverte d'une végétation luxuriante, la proximité de Gaia y est pour beaucoup...Le centre de l'île est constituée d'une grande étendue herbeuse où se dressent quelques arbres solitaires, où courent deux ruisseaux l'un venant des forêts de l'ouest, et l'autre descendant de la montagne du nord est ; quelques chevaux sauvages proches des Shetlands y vivent. Les prêtresses demeurent dans la partie sud de la plaine, une trentaine de batiments de pierre aux toits de chaumes s'y dispercent, il faut environ une heure de marche pour rejoindre les plus éloignées. En bordure de la prairie se trouvent quelques champs et quelques zones d'élevage, à la limite de la forêt s'étend un immense verger constitué essenciellement de pommiers. Les prêtresses cultivent cote à cote égumes, plantes médicinales et cérémonielles dans de petits jardins en bordure des habitations. L'ouest est couvert par une forêt dense et magnifique, elle est constituée surtout de feuillus dont quelques chênes millénaires. Quelques animaux vivent en ces lieux, on retrouve tous les types de gibiers que l'on peut rencontrer dans les forêts d'europe, ainsi que tous leurs prédateurs... Les sentiers serpentent d'une clairière à une autre passant près des autels, pierres levées et autres dolmens érigées par les générations de prêtresses qui se sont succédées sur l'île. Au coeur de la forêt se trouve un petit lac d'eau claire et immobile, en son centre une petite île de quelques mètres de diamètres, en son centre, une pierre de granite gris creusée se remplissant avec la pluie ; l'excroissance en son centre couverte de mousse forme une troisième et dernière île au milieu de la vasque. Ce lac est une des première résidence de Vivianne, il mène aux divers châteaux engloutis qu'elle possède à travers la vieille europe. Avant chaque cérémonie importantes, les grandes prêtresses de la Dame s'isolent et se receuillent dans de petites demeures de bois disséminées au coeur de la forêt, chaque matin, les novices empruntent les sentiers de cette forêt pour leur apporter tout ce dont elles ont besoin, nourriture, eau, vêtements, etc... Une autre particularité de cette forêt est une grande clairière au nord est du lac de Vivianne, elle est appellée la clairière de Merlin : en son centre trône un énorme pommier, le pommier de Merlin, celui sur lequel il préfère s'assoire pour réflèchir, acceuillir ceux qui viennent le visiter et regarder les nuages passer... On prête beaucoup de vertues aux fruits de cet arbre, Merlin aime à entretenir ces légendes, suivant ses visiteurs elles apportent longévité, connaissance, beautée, etc... En fait, mis à part être succulantes et sensiblemement alcoolisées ces pommes n'ont rien d'extraordinaire... Je pense que l'on a fait le tour des curiosités majeures de cette forêt, il en est bien d'autres, mais je pense que c'est à vous de les découvrir ; une dernière chose, n'en veuillez pas trop à ceux d'en bas, le petit peuple de Morgan a ses travers, il faut faire avec... Le tour d'horizon se terminera par la montagne qui a fait penché Avalon dans ses premières années... Elle ressemble aux vieilles montagnes du centre de la france, usée, rocailleuses, et couverte d'herbages. Un unique sentier grimpe en serpentant jusqu'à son sommet, c'est là que le principal lieu de culte se trouve, un ensemble de pierres dressées, subtile mélange se Carnach et Stonedge, sert aux grandes cérémonies en l'honneur de la Dame, du printemps et de toutes les autres grandes occasions qui rythment l'écoulement des saisons sur l'île. Si par hasard il vous arrive de voir un monastère au sommet de cette montagne, prenez garde, votre coeur quitte Avalon et vous risquez de vous retrouver en train d'arpenter l'île aux moines ou Glastonbury... Tout comme Morgane autrefois s’y était réfuguée afin de fuir ses amours malheureux et la cruauté du destin, il semblerait que l’âme de la mythologie celtique s’y soit évanouie dans l’attente du réveil.

Légende : L'île d'Avalon